Follow Blueair

La pollution atmosphérique tamise la Ville Lumière

Press release   •   Dec 09, 2016 17:47 UTC

Stockholm, Suède, le 9 décembre 2016 – Les Parisiens se voient amenés à modifier leurs habitudes et à ainsi vérifier jour après jour les prévisions de pollution atmosphérique, à éviter les activités physiques ou les jeux de plein air lors des périodes d'alerte, et à créer des environnements d'intérieur sains pour éviter les effets liés à l'inhalation des substances toxiques présentes dans l'air. Ces conseils pratiques proviennent de Blueair, une entreprise dont les solutions d'assainissement atmosphérique d’intérieur ont été reconnues comme étant les plus performantes pour l'extraction des particules atmosphériques dangereuses dans le cadre d'essais officiels et indépendants.


Cette semaine, Paris et d'autres parties du nord de la France se sont vues englouties sous les émissions polluantes des véhicules, des systèmes de chauffage et des installations industrielles. Ce pic de pollution atmosphérique hivernale est le plus grave dans la région depuis une dizaine d'années. À ce sujet, Blueair constate que de nombreuses études menées par les organismes internationaux tels que l'OMS et l'Unicef mettent de plus en plus souvent en évidence les effets de long terme liés à l'inhalation des polluants atmosphériques.


Au mois d'octobre, l'Unicef a publié une étude expliquant que les effets de la pollution atmosphérique affectent plus de 2 milliards d'enfants au niveau mondial, et menacent ainsi, à terme, leur santé et leur avenir. Selon l'Unicef, la pollution atmosphérique extérieure et intérieure est directement liée aux cas de pneumonies et d'autres maladies respiratoires qui sont responsables de 10 % environ des décès d'enfants de moins de 5 ans. La pollution atmosphérique est ainsi devenue l'une des plus grandes menaces envers la santé des enfants dans le monde.


Selon l'OMS, au niveau mondial, 98 % des villes de plus de 100 000 habitants n'observent pas les directives mondiales applicables à la qualité de l'air, et les conséquences de long terme liées à la respiration de l'air malsain, notamment les taux croissants de maladies respiratoires telles que l'asthme, sont de plus en plus évidentes. Au mois de juillet, une étude menée par les chercheurs de l'Université d'Umeå en Suède auprès de plus de 500 000 jeunes Suédois a démontré l'existence d'un lien entre la pollution de l'air et les maladies mentales chez les enfants.


Une étude menée par des chercheurs scientifiques américains s'est attachée à comparer la santé d'environ 3000 personnes qui vivaient à Londres pendant la période du Grand Smog de 1952 avec celle d'un groupe similaire résidant hors de la ville. Les chercheurs ont constaté que la prévalence d'asthme infantile était de 20 % supérieure chez les personnes qui avaient été exposées à cet événement pendant la première année de leur vie, et que le risque d'asthme augmentait également de 8 % chez les personnes qui y avaient été exposées dans l'utérus, avant la naissance (article publié dans la revue American Thoracic Society's American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine).


Blueair explique que même s'il est difficile, au niveau individuel, de combattre la pollution atmosphérique d'extérieur, il est possible de se protéger en faisant preuve de bon sens, notamment en restant chaque jour à l'écoute des prévisions de pollution atmosphérique et en modifiant nos habitudes quotidiennes. L'application de qualité de l'air « Blueair Friend », pour téléphones portables et tablettes Apple et Android, recueille chaque heure des informations provenant de milliers de stations de surveillance de la qualité de l'air. Elle peut ainsi fournir des informations fiables sur les polluants atmosphériques en zones urbaines, et donne des appréciations sur la qualité de l'air, allant de "bonne" à "dangereuse", tout en conseillant les utilisateurs sur les mesures à prendre pour éliminer les polluants atmosphériques.


Contexte


- Le rapport de l'Unicef "Assainissons l'air pour les enfants" est accessible sur le lien suivant : https://www.unicef.org/publications/files/UNICEF_Clear_the_Air_for_Children_30_Oct_2016.pdf

- Le rapport de recherche complet de l'Université d'Umeå peut être consulté ici : http://bmjopen.bmj.com/content/6/6/e010004.full


- L'article sur le Great Smog de Londres est disponible sur : http://www.thoracic.org/about/newsroom/press-releases/great-smog-and-asthma.pdf



- Les purificateurs d'air Blueair ont été hautement primés par l'agence officielle chinoise de certification et d'inspection des produits (l'AQSIQ), qui les a qualifié de particulièrement performants dans la tenue des promesses de l'entreprise, selon laquelle «ses technologies de filtration assainissent discrètement et efficacement l'air d'intérieur dans le débarrassant des polluants atmosphériques ».

Pour obtenir des informations supplémentaires, veuillez contacter :
David Noble, Relations publiques, Blueair, au +44 7785 302 694 ou sur david.noble@blueair.se

À propos de Blueair
Entreprise créée en 1996 à Stockholm, en Suède, Blueair innove, fabrique et commercialise un éventail primé de technologies et de produits d'assainissement atmosphérique d’intérieur destinés aux particuliers et aux entreprises. Commercialisés sur une soixantaine de marchés au niveau mondial, les purificateurs d'air Blueair ont été conçus pour promouvoir la santé et le bien-être de leurs utilisateurs par l'extraction d'allergènes, de facteurs déclencheurs d'asthme, de virus, de bactéries et d'autres polluants atmosphériques dans les environnements domestiques, professionnels et de loisirs. www.blueair.com

Sold in over 60 countries around the world, Blueair delivers home and office users more clean indoor air for enhanced user health and wellbeing faster than any competing air purifier thanks to its commitment to quality, energy efficiency and environmental care. A Blueair air purifier works efficiently, silently to remove 99.97% of allergens, asthma triggers, viruses, bacteria and other airborne pollutants.